Non

 

Savoir dire « NON » aux multiples demandes qui nous sont faites… Pas aussi simple qu’il n’y paraît.

Souvenez-vous : on vous demande de faire quelque chose. Dans votre tête, cela raisonne en mode négatif. Mais vous n’arrivez pas à formuler votre refus car vous pensez que vous pourriez être rejeté(e) par l’autre. Alors, vous dites « Oui » ! Et si votre interlocuteur est ravi, vous voilà frustré(e) de ne pas avoir su refuser poliment la demande initiale.

Aimeriez-vous pouvoir dire « Non » sans vous sentir coupable ? Si tel est le cas, voyons ensemble comment vous y aider.

 

1/ Observez le « Non » des autres

Savoir refuser quelque chose que vous ne souhaitez pas faire, évite bien des désagréments à vous-même mais aussi à votre interlocuteur. Cela vous permet de rester cohérent avec votre ressenti et de vous parer contre un éventuel conflit avec ceux qui vous ont demandé un service, si jamais vous ne respectez finalement pas votre engagement.

Pour commencer, il est important d’être attentif à la manière dont les autres disent « Non ». Vous remarquerez qu’un « Non » poli qui s’explique avec quelques mots, est généralement très bien perçu.

 

2/ Prenez le temps de répondre

C’est le grand problème : donner une réponse dans la précipitation.

La demande inattendue vous met sous pression et vous amène à dire un « oui » de circonstance. Alors que prendre le temps de répondre vous donne l’occasion de réfléchir dans le calme afin d’évaluer correctement la situation. Insérer du temps entre la requête de l’interlocuteur et votre décision vous permettra de mieux garder le contrôle.

Lorsque quelqu’un vous demande un service ou vous invite quelque part, n’hésitez pas à mémoriser l’une de ces phrases permettant de gagner du temps :

– « J’ai d’abord besoin de vérifier mon calendrier et je reviens vers vous/toi très vite »

– « Merci pour l’invitation. Je dois d’abord vérifier avec … si nous sommes libres ce jour là et je reviens vers vous/toi très vite »

Faites bien attention de ne pas prononcer ces phrases sous une forme interrogative. Vous êtes décidé(e) et agréable en même temps.

 

3/ Répétez le refus lorsqu’il n’est pas compris

Vous avez remarqué ? Il y a des individus pour qui le « Non » n’est pas une réponse. Ils reviennent à la charge avec différentes formulations de leur demande. Avec ce genre de « confrontation », indiquez votre refus et maintenez-le après chaque nouvelle proposition :

« Tu viens avec moi à la soirée de ce client ? »

– « Désolé(e), je ne peux pas »

– « On y va juste pour le cocktail et après on rentre chez soi »

– « Désolé(e), je ne peux pas »

– « On prend ma voiture pour y aller et après la soirée, je te ramène »

– « Désolé(e), je ne peux vraiment pas »

N’élevez jamais la voix. Ne laissez aucune colère transparaître. Répétez seulement votre réponse calmement. L’individu finira pas comprendre que la négociation est impossible.

Notez que c’est une technique plus simple à utiliser avec des gens avec lesquels nous ne sommes pas vraiment engagés. Avec les amis ou la famille, cela peut refroidir la communication.

 

4/ Proposez une alternative

Vous ne souhaiterez pas toujours donner un « Non » définitif. Parfois, vous serez intéressé(e) par une proposition mais pas par la totalité de celle-ci. Dans ce genre de cas, proposez une alternative. Par exemple, un collègue vous demande de l’aider sur un dossier sur une demi-journée : dites-lui que vous ne pouvez pas l’aider durant toute la matinée mais que vous pouvez lui donner un coup de main durant une heure ou deux.

Cela marche pour différentes demandes :

– « Je n’ai pas le bon profil pour faire ce que tu me demandes, mais je te propose de t’aider plutôt sur cela… »

– « Je n’ai pas toutes les compétences nécessaires pour faire ce que tu me demandes, mais je connais quelqu’un qui pourrait correspondre au profil »

Il existe donc différentes manières de refuser poliment les demandes de nos interlocuteurs. Il vaut mieux un vrai «Oui», réfléchi et sincère plutôt qu’un « Oui » sous pression et qui pourrait finalement vous amener à reculer dans le temps ou pire, à vous rétracter à la dernière minute.

Et ne voyez surtout pas le « Non » comme quelque chose de brutal, cassant. Annoncé avec clarté et empathie, il permet de faire gagner du temps aux deux parties. 

Alors, essayez tout doucement.

SB.

 


Avez-vous besoin de décupler votre impact sur les autres ?

Si tel est le cas, procurez-vous le guide pratique « 571 techniques pour décupler votre impact sur les autres »

380 pages de conseils et d’exercices pour modifier votre façon d’être avec les gens qui vous entourent. Cliquez ici


Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec votre réseau

No responses yet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire les articles précédents :
La synchronisation corporelle : pas une si bonne idée ?

La synchronisation corporelle consiste à imiter la posture ou les gestes de la personne qui se trouve en face de...

Fermer