Les hommes et les femmes ont, généralement, des manières différentes de tuer leurs victimes. La recherche s’intéresse de près […]
Les bases comportementales du psychopathe, qu’il soit criminel ou non, sont généralement décrites à travers la froideur, la cruauté et l’insensibilité. De plus, il serait peu accessible aux soins. Mais reste à déterminer si tous les psychopathes sont si hermétiques que cela face aux émotions…
Médias et criminels
Beaucoup de gens s’intéressent aux tueurs. Il existe une certaine fascination pour le macabre et la peur que cela suscite. Et c’est un intérêt pour lequel la presse, la télévision, la radio, le cinéma et les plateformes de streaming, capitalisent volontiers.
On parle souvent du prédateur, mais pas de sa famille. Cela est normal : il faut la préserver du regard extérieur. Car le prédateur n’est pas toujours un homme seul. D’ailleurs, il n’est pas rare qu’il soit marié et même père de famille.  Mais qu’en est-il de cette femme qui sait ?
Le terme “psychopathe” fait généralement penser aux hommes. Il est vrai que de très nombreux exemples cités dans les dossiers criminels, concernent généralement des tueurs masculins. Mais qu'en est-il des femmes ? Peuvent-elles éprouver les mêmes zones d'ombre que leurs homologues hommes ? Peuvent-elles réellement être psychopathes ?
Existe-t-il des drapeaux rouges qui pourraient nous avertir qu'un enfant est faiblement empathique ? Peut-on réellement “enseigner” l’empathie aux enfants et aux adolescents ? Voyons tout cela de plus près...