Cette vidéo porte essentiellement sur les attitudes de gêne ressenties par Bill Clinton. A l’époque, il était interrogé par un grand jury sur l’affaire Monica Lewinsky.

La plupart des personnes qui ont visualisé cette vidéo ont été suprises du manque de « contrôle » de l’ancien Président des Etats-Unis, imaginant que ce dernier pouvait tout maîtriser puisque formé aux différentes pratiques de la PNL et aux techniques de la communication non verbale.

Il est toujours utile de rappeler qu’une personne, aussi formée et informée soit elle sur un tel sujet, que son « contrôle » ne peut être optimal et constant dans une telle situation de stress.

La situation est l’élément central d’une analyse : par exemple, si cette dernière est synonyme de tension (entretien d’embauche) ou de peur (accusation justifiée ou non justifiée), il est évident que les gestes montreront des signes d’anxiété. Ainsi et avant toute chose, l’analyse doit prendre en considération l’ambiance générale d’une situation car celle-ci aura fatalement des répercussions sur le comportement non verbal d’un individu. Si nous ne prenons pas ce paramètre en considération, notre analyse sera alors totalement faussée.

L’interrogatoire auquel est confronté Bill Clinton est une situation de honte, de stress et de pression. La gêne est donc inévitablement visible même pour un homme de l’envergure de Clinton qui sait parfaitement maîtriser l’art du non verbal.

Dans cette vidéo, nous le verrons tour à tour essayer de rester dominant, perdre son autorité, s’agacer et, à la fin, exprimer de douloureuses microexpressions de surprise, de dégoût et de peur.

VOIR LA VIDEO




Vous aimez cet article ? Pourquoi ne pas en parler autour de vous ?

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger
Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)

Avec plus d'une centaine d'interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l'art d'observer et de mieux comprendre les autres.

Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.