1

La véritable manipulation psychologique se distingue des petites manipulations du quotidien. Le manipulateur prend le pouvoir sur les autres en exploitant toutes les failles émotionnelles possibles afin d’avoir un contrôle total sur ses victimes. Cet article vous donne quelques conseils pour repérer ces individus et comment les arrêter dans leurs agissements destructeurs.

 

Qui sont les manipulateurs ?

Et bien cela peut être n’importe qui ! Homme ou femme. Néanmoins, il faut différencier la manipulation “acceptable” de la manipulation perverse. C’est l’objectif final qui va permettre de discerner l’une et l’autre ! Prenons l’exemple d’une négociation sur la vente d’un produit : il ne s’agit pas d’un mécanisme pervers mais d’une méthode utilisée pour des besoins professionnels et dont les deux acteurs, ou plus, connaissent bien les règles du jeu. Les personnes qui échangent dans ce cas de figure ont conscience de cette “manipulation” qui s’opère pour que les deux parties y trouvent chacune leur compte. Nous pouvons aussi manipuler les autres par objectif professionnel mais aussi par amour ou encore pour ne pas les blesser. En fait il n’est pas rare qu’une manipulation puisse aussi avoir pour but de faire évoluer les gens autour de nous, manipulation qui reste donc à leur profit. Et puis nous avons tous, un jour, manipulé quelqu’un pour obtenir un avantage. Nous n’avons pas été forcément fiers de cela et c’est ce qui nous différencient des vrais manipulateurs.

En revanche, la manipulation devient perverse à partir du moment où l’individu a pour objectif la destruction de l’autre. Pour cela, il utilise la malveillance qu’il exploite uniquement pour son propre profit.

Les vrais manipulateurs arrivent à créer délibérément un déséquilibre constant dans la vie de leurs victimes. Pour cela, ils agissement méthodiquement :

10ils observent attentivement afin de repérer les failles

10une fois identifiées, ils utilisent ces dernières contre leurs proies

10mise en place de machinations finement utilisées afin que les victimes servent leurs intérêts égocentriques

10leurs manigances se répètent inlassablement dans le temps

L’agression psychologique est telle que la victime se retourne contre elle-même et s’accuse de torts dont elle n’est pas coupable. C’est toute la force du manipulateur !

 

Contrôler la manipulation

Pour arriver à stopper les agissements d’un manipulateur, il convient déjà de bien se connaître soi-même. Notre consistance diffère d’une personne à l’autre. Savoir exactement ce que l’on veut et ce que l’on ne veut pas, facilite la détection de la mauvaise influence de quelqu’un mais aussi son barrage. Chacun d’entre nous a des droits comme celui d’être respecté, d’exprimer librement ses sentiments et ses opinions, de dire “non” sans se sentir coupable, de faire des choix pour sa propre vie ou encore de se protéger.

Le manipulateur ne respecte pas ce protocole mais exige des autres qu’ils épargnent le sien. Il prive les gens de leurs droits fondamentaux afin que cela lui profite à lui ! Ainsi, ne perdons jamais de vue que les seules personnes responsables de notre vie, c’est nous, et nous seuls ! Et il faut bien comprendre une chose : les individus qui manipulent leur entourage ont un fonctionnement psychologique complexe. Il est inutile d’imaginer que nous pouvons les changer ou les aider à devenir quelqu’un d’autre. Lorsque le caractère manipulatoire est identifié, la première chose à faire est de mettre de la distance entre eux et nous.

 

Se poser les bonnes questions

La meilleure défense du manipulateur est d’amener sa victime à se culpabiliser lorsque la situation ne lui convient pas. Il faut donc toujours garder cela en tête : la victime n’est pas le problème. Le problème vient du manipulateur. Ainsi, quand la relation, quelle qu’elle soit, commence à gêner il devient alors essentiel de se poser ces quelques questions :

10est-ce que cette personne me traite avec respect ?

10ses demandes sont elles raisonnables ?

10cette relation se fait-elle à deux ou à sens unique ?

10est-ce que je me sens bien dans cette relation ?

Si la réponse est “non” au moins à deux questions, il faut mettre la personne face à son action manipulatoire, par exemple : “Est-ce que ta demande te paraît raisonnable ?” – “Tu me demandes de faire cela ou tu me l’ordonnes ?” – “Est-ce que j’ai mon mot à dire ?”. En répondant ainsi, nous lui montrons que nous ne sommes pas dupes face à ses stratagèmes.

 

Savoir donner la bonne réponse

Un manipulateur qui demande quelque chose attend une réponse affirmative et immédiate ! C’est là qu’il ne faut pas rentrer dans le piège. Il faut prendre le temps d’analyser sa question mais aussi la pression exercée ainsi que le contrôle qui en découle. Pour cela, il faut répondre un peu plus tard, avec ce message tout simple : “Je vais y penser…”. Le manipulateur comprendra que sa demande sera soit acceptée, négociée ou refusée. Un comble pour son égo !!!

Et si finalement ce qui est demandé n’est pas raisonnable pour la victime, il convient de dire “NON” afin de définir des limites claires et qui répondent aux droits de chacun ! Il vaut mieux que la victime arrive à satisfaire son estime de soi plutôt que de céder aux besoins de la personne manipulatrice qui se trouve face à elle.

Les manipulateurs utilisent différentes façons de contraindre les autres à faire ce qu’ils disent. Au bout d’un moment, cela laisse un sentiment confus, qui peut rendre perplexe ou même en colère (mais souvent, une colère dirigée contre soi-même)

Mon dernier conseil sera donc celui-ci : il est très difficile, voire même impossible, de changer le comportement d’un manipulateur pathologique. Ce dernier vit dans un monde où les gens sont sous son contrôle exclusif. Il faut alors songer à mettre une fin définitive à cette relation nuisible et sans avenir. C’est la seule solution pour retrouver un équilibre général avec soi-même et avec les autres…

Pour finir, je vous propose une petite vidéo pour laquelle vous avez posé vos questions sur le thème “des manipulateurs”. Et si d’autres questions persistent, vous pouvez laisser vos commentaires Winking smile Bon visionnage !

Cet article vous semble intéressant ? Diffusez-le sur vos réseaux !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger
Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)

Avec plus d'une cinquantaine d'interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l'art d'observer et de mieux comprendre les autres.

Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.