ID-10014325

Il n y a pas que dans la jungle que les prédateurs épient leurs proies. Qu’ils se noient au milieu de la communauté ou qu’ils soient tapis dans l’ombre, les prédateurs issus de la ville ou de la campagne s’intéressent eux aussi à la vulnérabilité de leurs victimes. Le thème abordé dans cet article se révèle très troublant. Les agresseurs, toute catégorie confondue, révèlent observer l’attitude non verbale de leurs futures victimes avant de passer à l’attaque.


Les signes non verbaux de vulnérabilité

Lors de témoignages émanant de différents délinquants, j’ai souvent noté que ces derniers faisaient état d’une sorte de sixième sens dans le choix de leurs victimes. Ici, nous ne parlerons pas de l’agresseur ou du tueur qui sélectionne sa proie en fonction d’un détail physique qui anime son agressivité, ni de l’auteur atteint d’une maladie psychiatrique. Le premier se concentre davantage sur une particularité qu’il recherche volontairement. Le second n’évalue ni la personne, ni la situation. Il attaque parce qu’il est en crise.

Ainsi, que ce soit des racketteurs, des harceleurs, des voleurs ou des violeurs, chacun établit un périmètre d’analyse qui lui est propre, selon qu’ils agressent seuls ou en groupes. Toutefois, ils mesurent la vulnérabilité d’une proie en observant quasi-systématiquement :

La suite de cet article est réservée aux membres de ce blog. Connectez-vous pour lire le reste du post !
:
:

Mot de passe oublié ?


Pas encore inscrit(e) ? Abonnez-vous via le menu situé en haut à droite ! C'est entièrement gratuit !

Ces informations vous semblent intéressantes ? Diffusez-les autour de vous !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger
Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)

Avec plus d'une cinquantaine d'interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l'art d'observer et de mieux comprendre les autres.

Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.