Image

Ils ont beaucoup de points communs mais marquent aussi quelques différences. Les narcissiques et les sociopathes flirtent dans le vocabulaire des séries TV mais également celui de notre quotidien ! Régulièrement, n’entendons-nous pas les gens dire de tel individu que c’est un narcissique ou un sociopathe, voire même un sociopathe-narcissique !!! Comment les différencier et surtout, est-il possible de les repérer sans être un spécialiste de la question ?

 

Une identification facile ?

Pas tant que cela. Avoir des traits d’un trouble de la personnalité ne signifie pas que l’on répond aux critères complets de la pathologie. Ainsi, un individu peut être centré uniquement sur lui-même ou sembler être totalement indifférent à ce qui l’entoure, pour autant, si il ne répond pas un certain nombre de signes, le comportement narcissique ou sociopathe sera « moins extrême » dans les réactions ! Ou, tout simplement, il ne pourra pas être diagnostiqué comme tel !

Néanmoins, vivre ou travailler auprès d’un narcissique ou d’un sociopathe implique bien souvent de marcher sur des œufs ! Quand leur comportement devient une préoccupation constante et que cette inquiétude est discutée avec eux, ils vont retourner la situation, culpabiliser l’autre, critiquer ce qui est dit à leur encontre, tout en manifestant de l’agressivité ou, dans certains cas, en exprimant un silence méprisant.

Le narcissique accorde une attention toute particulière à sa propre personne et à son apparence. A ses yeux, il est le seul à savoir, le seul à comprendre et le seul individu qui compte réellement. Il a donc un niveau très élevé d’estime de soi et a besoin d’être admiré plus qu’il n’a besoin d’aimer. La confiance en soi est une bonne chose, mais c’est dans son extrême qu’elle devient pathologique ! Les narcissiques ont un besoin marqué d’être le centre d’attention, d’ensorceler les gens avec une forte propension à la manipulation. L’objectif de base reste donc de maintenir le pouvoir dans les interactions personnelles et professionnelles, tout en centrant la conversation sur eux-mêmes. Charismatiques, ils savent cependant se montrer charmants, notamment auprès du sexe opposé. Toutefois, ils peuvent être déstabilisés si une personne ne leur accorde pas l’intérêt grandiose qu’ils pensent avoir ! Le comportement basé sur le charme devient colère et il n’est pas rare que le narcissique cherche à se venger de celle ou celui qui ne le reconnaît pas à sa juste valeur !

Le sociopathe, lui, ne ressent pas ou a peu de sentiments envers les autres. Le comportement en lui-même est malveillant et il traite ses semblables comme des objets. C’est souvent tout en finesse que les sociopathes agissent : ils savent eux aussi montrer une image charmante de leur personne, mais à l’intérieur, c’est la rage qui domine ! Notons qu’ils évoluent dans la vie, comme ils évolueraient dans un jeu vidéo : ils n’éprouvent aucun attachement réel à qui que ce soit… Ce dysfonctionnement émotionnel abîme fortement celles et ceux qui en ont été victimes. L’incompréhension règne en maître : « Pourquoi moi? », « Qu’est-ce que j’ai fait pour qu’il me traite ainsi ? »Cette colère et cette absence d’empathie peut amener le sociopathe devant la justice. Il s’avère être bien plus dangereux dans ses réactions que le narcissique !

Mais la sociopathie n’est pas un état pur. Elle est souvent liée à d’autres troubles de la personnalité.

 

Repérage et manipulation des autres

Narcissiques et sociopathes sont les rois de l’observation et flairent avec facilité les personnes qu’ils pourront manipuler avec aisance. Ils arrivent à faire en sorte que ce soient les autres qui se remettent en question, alors que ces derniers devraient normalement s’interroger sur le comportement adopté par ceux qui les font souffrir. Et force est de constater que l’entourage trouve souvent des excuses au narcissique ou au sociopathe car ces 2 types de personnalité sont malgré tout très aimés.

Si ils repèrent avec aisance les traits caractérologiques de ceux qui les entourent, détecter un comportement narcissique ou sociopathe n’est pas si simple : au premier abord, ils sont comme vous et moi, polis, charmants, avec une excellente présentation (notamment le narcissique qui accorde une grande importance à « l’apparence ».) Cela pourrait être notre voisin, un collègue ou un proche, et nous ne le saurions probablement pas, du moins, pas au début…

 

Personnalités criminelles ?

Les narcissiques peuvent parfois s’impliquer dans des affaires d’escroqueries mais ce n’est pas systématique. Toutefois, si ils éprouvent un impact émotionnel négatif, ils peuvent alors se montrer agressifs, tant verbalement que physiquement, et tombent facilement dans la vengeance. Mais notons que les narcissiques ne sont pas tous des individus violents. Cependant, ils ont ce même mode de pensée partagé avec les sociopathes : ils se croient exemptés des lois qui régissent notre société ! Néanmoins, les narcissiques contrôlant mieux leur impulsivité, ils sont moins susceptibles de commettre un passage à l’acte violent ou un crime que les sociopathes.

Les études sur la sociopathie montrent que ces derniers ont commis des actes illégaux dès l’âge de 15 ans.

6

Bien que narcissiques et sociopathes aient de nombreux points communs, il réside tout de même quelques différences, notamment dans la façon d’agir et de réagir. Et nous pouvons tous, à un moment donné de notre existence, avoir un comportement narcissique voir même sociopathe, sans pour autant l’être au sens psychiatrique. C’est la durée d’un tel mode de vie et la répétition des actes qui vont orienter l’attitude de la personne, soit vers une action ponctuelle, soit vers une pathologie.

Des questions ? Des témoignages ? Rendez-vous ci-dessous dans les commentaires !

——————————————————————————————————————

Crédits photos © “Agreement team friend collar white” | By Katemangostar / Freepik

Cet article vous semble intéressant ? Partagez-le autour de vous !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger

Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC – Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)


Avec plus d’une centaine d’interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l’art d’observer et de mieux comprendre les autres.


Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.