guy-699195_1280

Cela méritait bien un article ! Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que les idées les plus fausses du non verbal émergent surtout avec cette histoire de bras croisés. N’avez-vous jamais entendu que ce type d’attitude envoyait un message négatif ? Si tel est le cas, c’est parce que cela vous a été enseigné ou parce que vous l’avez lu quelque part. Mais est-ce forcément exacte ? Examinons de plus près ce comportement souvent décrié et pourtant mal compris…

 

Quand le croisement est une étreinte personnelle

Nous croisons souvent les bras et c’est d’ailleurs un geste que nous exécutons davantage lorsqu’il y a du monde autour de nous que lorsque nous sommes dans un cadre privé. Pour autant, nous ne nous fermons pas aux autres. Nous contribuons simplement à notre propre confort, souvent pour se donner de la contenance ! Nous croisons nos bras lorsque nous écoutons quelqu’un ou quand nous attendons quelque chose.

Alors oublions cette histoire de fermeture corporelle et de malaise comportemental. Demandez à quelqu’un qui croise ses bras s’il se sent à l’aise… il y a de grande chance qu’il vous réponde « oui » ! Tout simplement parce qu’il l’est réellement !

 

Quand le croisement est un soulagement

Parfois, la situation peut-être stressante et c’est alors que nous avons besoin de nous réconforter en croisant les bras sur le torse et en massant ces derniers. Rien de négatif dans ce geste. Pas plus qu’il ne s’agit d’un comportement lié à un blocage. Il s’agit seulement d’apaiser l’anxiété ressentie.

 

Quand le croisement montre de l’insécurité

Ce croisement se manifeste lorsque nous ne nous sentons pas en sécurité face à quelqu’un ou lors d’une situation trop tendue. C’est une façon de se protéger et de ne pas s’exposer davantage. Ce type de croisement de bras est donc une posture de protection qui va nous aider à faire face à l’anxiété.

 

Quand le croisement montre du désaccord

C’est un geste très prisé par les enfants lorsqu’ils veulent exprimer leur colère ou désaccord, sans dire un mot Smile La contrariété que nous pouvons ressentir lors de certaines situations, fait que nous croisons les bras, parfois en serrant les poings et en gonflant le torse. Nous voulons montrer à l’autre que nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde.

 

Quand le croisement montre de l’autorité

Une posture de pouvoir peut être utilisée pour sembler plus fort. C’est aussi une pose d’autorité que l’on peut voir chez les videurs de clubs, les agents de sécurité et les forces de l’ordre. Ce croisement qui pourrait sembler être une fermeture, veut en réalité montrer de la puissance corporelle pour intimider les autres.

 

Quand le croisement montre de la distance

Lors de situations stressantes, il n’est pas rare que nos bras se croisent mécaniquement. Le malaise engendré amène à créer une sorte de barrière psychologique mais également physique. Cette distance va donc nous isoler soit de l’environnement stressant, soit d’une personne que l’on juge agressive.

 

Quand le croisement montre la température

Et oui ! Aussi bête que cela puisse paraître, les gens croisent leurs bras lorsqu’ils ont froid, même à l’intérieur d’un bureau. C’est même souvent le cas, alors avant d’imaginer quoi que ce soit sur une telle posture, sachez que l’explication la plus simple est souvent la meilleure 😉

 

Vous voyez, le croisement de bras peut avoir plusieurs significations mais qui sont loin d’être des indices de blocage ou de fermeture aux autres. Et si une personne croise ses bras devant vous pendant que vous parlez, cela n’a rien à voir avec l’intérêt qu’elle vous porte ! Elle est même probablement très engagée dans ce que vous dites, mais elle se donne une contenance.

Alors s’il a souvent été raconté que le croisement de bras donnait une mauvaise impression, réfléchissez-y à deux fois ! Même s’il existe des comportements plus accueillants, n’oubliez jamais qu’il ne s’agit pas toujours d’une posture dite « négative », loin de là !

Pour avoir une analyse du non verbal la plus juste possible, il nous faut avant tout tenir compte du contexte de la situation.

Découvrez la vidéo qui reprend la plupart des significations de cette posture.

Pour vous procurer le Guide sur le langage non verbal, cliquez ici : https://payhip.com/b/MC4P

Cet article vous semble intéressant ? Partagez-le avec vos contacts !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on InstagramSylvia Bréger on Linkedin
Sylvia Bréger
Sylvia Bréger est criminologue. Durant 11 ans, elle a également été correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)

Avec plus d'une cinquantaine d'interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l'art d'observer et de mieux comprendre les autres.

Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.