Le 19 octobre 2011, l’émission « Pièces à conviction » diffuse un reportage réalisé au sein de la communauté catholique des Béatitudes, sur le thème de la pédophilie.

L’enquête tourne autour du frère Pierre-Etienne Albert, accusé d’actes pédophiles sur de nombreuses victimes, mais aussi de l’environnement catholique de l’époque.

Dans la vidéo qui va suivre, il ne s’agit pas de refaire le procès du moine Pierre-Etienne ni même d’indiquer où se situe la vérité ou le mensonge, car cette partie appartient à la justice.

Certains passages ont été retenus pour la qualité des gestes qui révèlent le rejet de l’autre et le refus d’aller plus loin dans une discussion ainsi que les expressions de la gêne, notamment lorsque celle-ci est visible au niveau de la bouche. Ces extraits du reportage montrent des témoignages où d’autres gestes et expressions sont visibles mais je m’attarderai principalement sur le non verbal de l’opposition et de l’embarras.

Il faut tenir compte que le sujet abordé est infiniment délicat, sensible, et rappelons l’importance de ne pas confondre un geste de gêne à du mensonge.

Depuis ce reportage, la justice a rendu son verdict :

Le 1er décembre 2001, le tribunal de Rodez a condamné le frère Pierre-Etienne Albert à 5 ans de prison avec mandat de dépôt. Le tribunal a également assorti la peine d’une injonction de soins, d’une interdiction d’entrer en contact avec des mineurs et d’une obligation de suivi socio-judiciaire pendant 5 ans. L’ancien moine de la communauté catholique des Béatitudes devra aussi verser 1000 et 5000 euros de dommages et intérêts à différentes parties civiles.

© Pièces à conviction – France 3

 

Vous avez appris des choses grâce à cet article ? N’hésitez pas à le faire suivre !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger
Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)

Avec plus d'une centaine d'interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l'art d'observer et de mieux comprendre les autres.

Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.