Image

Est-ce que le comportement turbulent et agressif d’un enfant peut laisser supposer que celui-ci entre dans la catégorie des “psychopathes” ? D’ailleurs, est-il possible de diagnostiquer un tel trouble de la personnalité chez un enfant ? Voici un sujet très controversé qui mérite que l’on s’y attarde autour d’un article…


Stigmatiser l’enfant

La psychopathie est loin d’être un trouble anodin. De nature très impulsive, le psychopathe n’éprouve pas de culpabilité, s’avère être indifférent aux sentiments des autres car insensible aux émotions, mais est aussi manipulateur et menteur. Cette pathologie ne peut être diagnostiquée que par des professionnels spécialisés, à travers des tests précis et des examens médicaux et neurologiques. Le psychopathe peut évoluer “normalement” autour de nous mais il fait vivre son entourage sous haute tension et le vide de son énergie. Bien qu’il existe des thérapies qui peuvent parfois atténuer les symptômes, la psychopathie a encore ses zones d’ombre dans l’intégralité de sa pathologie. Il convient donc d’être d’une extrême prudence lorsque l’on souhaite établir si un enfant manifeste un comportement psychopathique.

L’enfant n’est pas développé émotionnellement, moralement et socialement. De la naissance à l’âge adulte, nous passons par différents stades de développement, mais pas forcément au même âge ni de la même façon. Certains enfants évoluent différemment, notamment en fonction de leur vécu, car certaines situations peuvent ralentir, voire bloquer ces étapes d’évolution : un traumatisme, une maladie physique, un changement dans la vie familiale…

Si nous nous basons sur les traits de base de la psychopathie, nous trouvons :

  • le manque d’empathie
  • le mépris des limites morales
  • un intérêt porté uniquement vers ses propres besoins
  • des excès de colère

Les adolescents et les jeunes enfants manifestent ces types de comportements de façon plus ou moins innée. Ce n’est pas pour autant qu’ils deviendront des psychopathes caractériels ou sanguinaires ! L’agressivité, le narcissisme et l’impulsivité ne peuvent pas, à eux seuls et si tôt, représenter les effets liés à cette problématique. Avant d’émettre une quelconque analyse, il convient de tenir compte de la situation dans laquelle évolue l’enfant en question, notamment au niveau familial. Il a déjà été observé qu’un bébé un peu difficile, en proie à de nombreux pleurs, peut être perçu par ses parents comme étant un “enfant à problème” qui va causer bien des tourments. Ce type de réaction pourrait influencer le comportement de l’enfant.


Un enfant peut-il devenir un psychopathe ?

Oui, bien sûr !

Mais… techniquement, les enfants ne peuvent pas être diagnostiqués “psychopathes” pour toutes les raisons citées plus haut. Toutefois, si leur comportement inquiète l’entourage et que celui-ci se trouve démuni devant la conduite à tenir, il convient d’établir une évaluation mentale. Le professionnel qui cherchera d’éventuels signes liés à la psychopathie, notera des actes plus “subtils” que ceux liés aux psychopathes adultes, comme :

10 Un enfant qui n’éprouve aucune émotion

10 Insensible aux besoins des autres et uniquement concentré sur ses propres envies

10 Hautement manipulateur

La nature même de la psychopathie est toujours très discutée dans le milieu de la santé.

Certains individus diagnostiqués psychopathes violents ou non violents, ont vécu une enfance totalement épouvantable. Mais un certain nombre d’entre eux ont également eu une vie tout à fait normale, sans facteurs traumatisants. Les avis sont donc extrêmement partagés.

La personnalité d’un enfant ou d’un adolescent n’est pas définitive et ne peut donc être classée de façon catégorique. Si nous prenons en exemple les comportements des adolescents, la défiance face à l’autorité, les prises de risques sans analyser les conséquences des actes sur du long terme, toutes ces attitudes sont des réactions qui font partie du parcours de l’adolescence. Et si un jeune se montre bien plus difficile que la moyenne, on ne peut pas établir avec exactitude :

  • que celui-ci souffre d’un trouble psychopathique
  • ni que ce trouble persistera à l’âge adulte

Il existe donc des signaux d’alerte qui doivent être suivis de près par des spécialistes afin d’assurer un traitement médical et comportemental le mieux adapté à l’enfant.

Pour en savoir plus sur ce sujet, il vous a été proposé de poser vos questions sur l’enfant psychopathe. Retrouvez mes réponses dans le podcast qui se trouve ci-dessous.

Bonne écoute et à bientôt !

PodCast

pub-psychopathes

——————————————————————————————————————

Crédits photos © “Child standing with serious face” | By Asier_relampagoestudio / Freepik

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos réseaux !

Sylvia Bréger on FacebookSylvia Bréger on LinkedinSylvia Bréger on Twitter
Sylvia Bréger

Sylvia Bréger est criminologue et correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC – Service Central du Renseignement Criminel, Pontoise)


Avec plus d’une centaine d’interventions par an auprès de différentes institutions privées et publiques, les participants sont formés à la criminologie, au langage non verbal, à la détection du mensonge et sur l’art d’observer et de mieux comprendre les autres.


Sylvia Bréger collabore avec les entreprises et le système judiciaire à travers des conférences, des formations, des débats et du consulting.