20

Lors d’un précédent article, nous avons vu ensemble comment activer une écoute sincère avec un petit test pour vérifier cette dernière ( “Savez-vous vraiment écouter ?” )

Dans l’article du jour, nous allons évaluer le niveau d’écoute de nos interlocuteurs à travers des observations de base. L’objectif est de comprendre comment nos propos sont entendus et interprétés par les autres.

Etape n°1 : tenir compte de l’environnement

Avant de se concentrer sur la personne qui nous fait face, nous devons tout d’abord prendre “la température” de l’environnement dans lequel nous allons communiquer. Certains détails extérieurs peuvent brouiller notre observation du non verbal, il est donc essentiel de prendre en compte :

36le bruit

36la température

36l’humeur de la personne

Pour une dimension professionnelle, le lieu doit être adapté à la communication : un bureau calme, sans passage et avec un climat tempéré. A nous d’évaluer ensuite l’humeur de notre interlocuteur en portant notre attention sur son visage. Le rendez-vous peut ainsi commencer en débutant la conversation par des sujets qui mettent à l’aise. Cela permet de mieux évaluer la gestuelle dans cette ambiance détendue. Pour parfaire le tout, il ne faut pas hésiter à servir une boisson chaude avec, éventuellement, quelques viennoiseries.

Etape n°2 : observer les gestes d’ouverture

Au début d’une conversation, il n’est pas rare de constater que notre interlocuteur est un peu replié sur lui-même. Cette attitude est relativement fréquente, y compris avec les personnes que nous connaissons bien. Il faut toujours laisser un petit délai à nos contacts pour trouver leur position dominante qui sera amenée à évoluer durant la conversation.

Après les échanges d’usage, traduisons les mouvements d’ouverture que la personne a vis-à-vis de nous durant son écoute. Lorsqu’il est en écoute active, le corps de l’interlocuteur est positionné de la sorte :

36la tête n’est pas rigide : elle penche légèrement

36le regard est porté vers nous et nos propres gestes

36le buste est droit ou bien tourné vers nous ; il part vers l’avant

36les épaules sont détendues ou le bras gauche est posé sur la table : l’épaule gauche est alors tournée vers nous (partie émotionnelle actionnée)

36les mains sont posées sur la table ou sur le visage (NB : certains gestes au niveau du visage peuvent révéler un désaccord ou de l’ennui. Il faudra donc vérifier d’autres indices corporels)

36les jambes sont décroisées mais si ces dernières sont l’une sur l’autre, elles sont tournées vers nous

36les pieds sont bien collés au sol ou partent vers nous

36des gestes régulateurs viennent confirmer son accord (hochements de tête, sourires…

Notons qu’il est plus compliqué d’observer les mouvements des jambes et des pieds lorsque nous sommes assis mais si nous avons l’occasion de les voir, ce sont des parties du corps très révélatrices au niveau de l’état d’esprit de l’autre.

Etape n°3 : observer les gestes de fermeture

Au moment où la personne s’installe face à nous et qu’elle commence à écouter nos propos, il est normal que le corps soit fermé. Ce dernier s’animera au fur et à mesure de la discussion. Si ce n’est pas le cas, cela signifie que la réceptivité n’est pas là.

Lorsque nous communiquons avec l’autre,  notre corps s’ouvre et se ferme de façon constante et il ne faut pas nécessairement chercher à analyser une position particulière. Là où il faut se concentrer, c’est au moment du changement de position qui s’exécute à un moment précis. Prenons l’exemple de la position assise. La fermeture du corps de notre interlocuteur peut souligner 3 choses :

1. son désaccord

2. son incompréhension

3. sa déconcentration

Le désaccord

36le corps était jusqu’ici ouvert mais le buste part subitement à l’arrière de la chaise

36les bras peuvent être croisés (les doigts sont cachés sous les aisselles)

36les expressions du visage montrent du scepticisme (bouche qui part vers l’avant) ; un œil est davantage plissé

36les pieds partent sous la chaise ou se tournent vers la porte de sortie : l’interlocuteur souhaite fuir !

L’incompréhension

36les deux yeux se plissent et apportent une série de rides verticales sur le front

36les jambes et les pieds reculent sous la chaise

36le buste s’avance : l’interlocuteur attend plus d’explications

La déconcentration

36les épaules sont totalement détendues

36les mains et les bras peuvent s’abaisser le long du corps mais ne sont plus visibles sur la table

36le buste est en arrière

36le regard est fixé sur nous mais les paupières ne battent plus : les informations ne sont donc plus enregistrées

Pour valider ce que nous observons, n’oublions jamais qu’il nous faut plusieurs indices corporels. Ce sont eux qui viendront valider ou non ce que nous avons pu mesurer de l’écoute de nos interlocuteurs.

L’écoute de Barack Obama

Le Président américain est un maitre du langage non verbal. Il sait paraître à l’aise et mettre les autres dans le même état. Ainsi, voyons de plus près comment Barack Obama actionne son écoute active :

9

52 Le buste est avancé vers son interlocuteur

52 Les mains sont bien mises en évidence sur la table. Les pouces sont visibles, signe de belle confiance en soi et il n’y pas de tension au niveau du croisement des doigts.

52 Les pieds sont au même niveau des mains, sans retrait.

Cette attitude générale montre une écoute paisible et détendue.

Notons la gestuelle du journaliste qui est assez en osmose avec celle du Président, si ce n’est que sa main droite s’accroche à sa main gauche. En faisant ce geste, il régule sa partie émotionnelle. En se tenant la main de la sorte, il se rassure.

8

52 Belle symétrie des épaules qui sont détendues

52 Tête qui penche sur la droite : c’est donc la partie gauche de Barack Obama qui regarde l’interlocuteur. Empathie et douceur

52 Léger sourire

Le Président américain est très empathique dans son écoute. Sa façon d’être montre de l’intérêt à ce qui est entendu, mais aussi de la courtoisie.

 

10

52 Durant l’écoute, la tête penche encore un peu plus sur la droite, actionnant davantage la partie gauche et émotionnelle de son visage

52 Plusieurs clignements de yeux viennent valider son écoute active : il enregistre bel et bien ce qu’on lui dit

Face à cette attitude, nous pouvons observer que la concentration est toujours de mise.

 

11

52 La bouche est entrouverte : il aspire les informations qu’il entend

 

Avec ces bases, vous savez maintenant comment identifier si vous êtes réellement écoutés ou non. A vous de tester l’ensemble de cet article durant vos conversations !

Clôturons ce post avec des extraits vidéo de cette séance avec Barack Obama.

 

Vous appréciez cet article ? Pourquoi ne pas en parler autour de vous ? 

A propos... on InstagramA propos... on Linkedin
A propos...
- Observer les autres
- Mieux les comprendre
- Communiquer plus simplement

L'objectif principal de ce blog est de vous informer sur le comportement humain : criminologie, décodage du langage non verbal, détection du mensonge...

Je suis criminologue. Durant 11 ans, j'ai aussi été correspondante scientifique auprès de la Gendarmerie Nationale (SCRC - Service Central du Renseignement Criminel, Département C3N - Pontoise) et continue les formations des sections de recherche nationales en analyse criminelle. J'interviens également auprès des entreprises pour former dirigeants et salariés à mieux cerner leurs interlocuteurs. Mes interventions se font en France, Suisse et Belgique.

Et maintenant que vous êtes ici, sur ce Blog, vous pouvez vous inscrire pour recevoir mes articles, vidéos, podcasts et dossiers gratuits ! J'ai à cœur de vous aider à mieux comprendre ce qui peut parfois sembler "incompréhensible", toujours en tenant compte de la complexité de la nature humaine et en abordant les précautions nécessaires. Le tout, à travers des contenus gratuits ainsi que des conférences, des formations et du consulting.

Bienvenue à vous...